Conférence-récital

Conférence-récital

 

Par  Ermira Zyrakja-Lefort

 

Les compositeurs albanais et leur musique

 

 

20ème Congrès de l’Association Européenne des Professeurs de Piano (EPTA), Nicosie, Chypre, 2-6 Octobre 1998.


 

Cette conférence récital est une occasion de faire écouter quelques oeuvres pour piano des quatre meilleurs représentants de la musique contemporaine Albanaise. Le choix de ces pièces a été guidé par le souci de présenter à chaque fois le compositeur et une pièce représentative de son style et par la même occasion d’introduire la musique traditionnelle et les instruments de différentes régions d’Albanie, dont ces compositeurs se sont souvent inspirés.

 

Feim Ibrahimi (1935-1997)                  Toccata

Dans cette toccata, on retrouve le motif traditionnel dont le son et le rythme sont ceux d’un instrument appelé “lodër” ou “daullë”. C’est un instrument membranophone à 2 membranes qui se joue avec deux baguettes, une fine et une plus épaisse. Cet instrument est très utilisé encore aujourd’hui dans le Nord de l’Albanie et accompagne les danses de fête ou les danses traditionnelles à caractère guerrier. L’atmosphère de cette toccata est particulièrement inspiré de l’esprit festif. Sa partie centrale est basée sur le “këngë majekrqhu”. Dans les montagnes du Nord de l’Albanie; ce chant était un chant de communication utilisé de hauteurs en hauteurs par les montagnards. Il est constitué de mots ou phrases chantées dont la dernière syllabe est prolongée. La reprise de la toccata est un résumé du dialogue entre les sonorités de l’instrument et les intonations épiques et fières du chant “majekrahu”.

 

Kosma Lara (1930-)                           Ballade Pastorale

Cette pièce est un panorama pastoral inspiré de la tradition pastorale du Sud de l’Albanie où le compositeur a tenté de reproduire par le piano les sons des cloches du troupeau, de la flûte du berger et de ses sifflements. Dans l’harmonie de cette ballade, on reconnaît les rapports de sons utilisés dans la polyphonie traditionnelle qui domine le Sud de l’Albanie. Cette polyphonie est chantée en groupes d’hommes et de femmes et est caractérisée par une voie continue; des dures diaphonèses et des glissantes vocales.

 

Tonin Harapi (1928-1997)                              Trois Miniatures

Dans ces 3 miniatures l’atmosphère inspiratrice, comme souvent dans les oeuvres de ce compositeur, est celle de la chanson citadine du Nord de l’Albanie et notamment celle de Shkodra, ville du Nord. On y trouve les couleurs lyriques de ces chansons qui expriment l’amour, la douleur, le mariage, la mort. On y reconnaît également l’influence des instruments qui accompagnent ces chansons, tels que le “defi”, un instrument membranophone à une membrane que l’on tape des doigts en le faisant pivoter dans la main ou l’ancien violon( système de cordes ré, la ré, sol [D, A, D, G] ou la, la, ré sol[A, A, D, G]).

 

Çesk Zadeja (1927-1997)                               Toccata

La principale source d’inspiration de ce compositeur a été le caractère épique de la musique traditionnelle Albanaise. Ç. Zadeja était un grand connaisseur de cette musique qu’il a toujours aimé reproduire pour l‘instrument classique ou l’orchestre classique. Dans cette toccata pour piano, on retrouve la base rythmique et sonore d’un autre instrument traditionnel qui s’appelle “çiftelia”, instrument à deux cordes sans archet et avec 11 ou 13 tastes. Cet instrument est joué dans le Nord et le centre de l’Albanie pour accompagner des ballades ou des chansons épiques. Cette toccata nous présente un tableau de fête du Nord et sa structure codifiée: introduction instrumentale (çiftelia) suivie d’une danse gracieuse des femmes puis de danses guerrières des hommes. Elle se termine par une reprise qui rappelle tous les motifs de l’instrument et des danses.

 

Pour la première fois pour des oeuvres classiques albanaises; les pièces présentées dans le cadre de cette conférence –récital ainsi qu’une douzaine d’autres des mêmes quatre compositeurs sont disponibles sur un disque compact (CD) que j’ai enregistré comme un hommage a mon pays et par respect pour ces compositeurs albanais talentueux dont les oeuvres jusqu’ici méconnues méritent d’être découvertes et écoutées.