La 4cv de Stéphane

HISTORIQUE

 

 

ACCUEILACCUEIL         ACCUEILCARACTÉRISTIQUE TECHNIQUE

ACCUEILLA RESTAURATION

ACCUEILLE CLUB           ACCUEILLES BONNES ADRESSES

 

 

Lorsque le maréchal PETIN signe l'armistice, la France se trouve coupée en deux. Chez RENAULT c'est l'heure aux questions. Faut-il collaborer ou résister ? Louis RENAULT a tranché : on adopte un profil bas et on attend. Jean AUGUSTE RIOLFO ( père de la Delage), Charles-Edmond SERRE ( le plus proche collaborateur de Louis RENAULT ), Robert WITTENBERG, Fernand PICARD ( directeur des études ) et Émile TORDET ont décidé de parier sur la défaite de l'Allemagne. A l'évidence il fallait penser a un véhicule différent, simple a fabriquer, économique et accessible au plus grand nombre de personnes. Leur choix se porte très vite sur la conception d'une petite voiture, façon SIMCA 5. Le soir, comme de véritable conspirateurs, brûlant leurs notes pour ne pas laisser de traces. Ils déterminent ainsi la puissance fiscale du moteur, un petit 4cv et sa cylindrée, environ 760cm3. Cette voiture sera de quatre places, avec deux portes, pour un poids inférieur à 450kg. La boite devra avoir quatre vitesses, au lieu de trois communément admises, afin de tenir les 80 km/h. Le moteur sera placé a l'arrière pour diminuer les coûts de fabrications. Toute la difficulté est de respecter les plannings de sortie des camion destiné au front.

En 1941 les premières pièces devant constituer le moteur 4 chevaux prototypes arrivaient a l'atelier dit atelier 153. Nous les avions commandées aux ateliers d'outillage et d'études en camouflant au maximum leur objet et leur destination. Le 20 mai 1941, le chef du modelage réalise une maquette grandeur nature du moteur. Au début de l'année 1942, les premiers tests, au banc, sont encourageants. Les 757 cm3 développent 19.2 ch. au lieu de 18 théorique.

 

 Prototype n°1

 

 

Malheureusement entre le 3 et le 4 mars 1942, les alliés bombardent l'usine toutes les archives ainsi que leur travaux sont sous les décombres. En fin d'année 1942, le bureau d'étude déménage. Ils dessinent la caisse et la font réaliser directement . Par soucie d'économie, l'avant et l'arrière n'a pas fière allure. Cette première monture en aluminium, peinte en vert, va servire au premiers test routier, qui débute le 4 janvier 1943. La 4 CV est présenté a Louis RENAULT et effectue un essais.  "Je n'aime pas les petites voitures. Celles-là encore moins qu'une autre. Abandonnez-moi ça tout de suite" dit Louis RENAULT. Malgré tout, un deuxième proto est donc construit. Sa ligne est plus conforme aux souhaits de PICARD et l'acier remplace l'alu. Les défauts de jeunesses ont été gommés.

Les alliés ont débarqué, PARIS c'est libéré et le 23 septembre 1944, Louis RENAULT, déjà mourant, se constitue prisonnier. Il décèdera le 24 octobre. Le gouvernement provisoire nomme un nouveau patron, Pierre LEFAUCHEUX ( ingénieur au chemin de fer du nord ) impose très vite ses vues et obtient un statut de régie pour le usines RENAULT et se fait nommer président avec les pleins pouvoirs. LEFAUCHEUX est conscient que la production doit, très vite, redémarrer. Il fait le tour de l'usine et prend connaissance de la 4 CV. Le lendemain, il est au volant pour un essai et donne son feu vert pour sa réalisation avec le conseil de lui affecter quatre portes.

 

 Prototype n°2

 

 

En novembre 1945, Pierre LEFAUCHEUX, signe l'acte officiel de la naissance de la 4 CV et annonce qu'elle sera produite en grande série " 300 4 CV par jour au 1er juillet 1950". Une semaine plus tard, le prototype n°3, rallongé de deux centimètre, est prêt. Elle pèse 845 kg. Tout semble donc aller. Un vent de panique souffle sur les atelier de la régie. Les phares sont placé trop bas et les Mines sont sur le point de refuser son agrément. LEFAUCHEUX réussi a faire changer l'avis de la commission nationale de l'automobile.

A l'occasion du salon automobile de 1946, la 4 CV est dévoilé au public. Les premières 4 CV seront destinées a l'exportation a partir du 12 août 1947. Jusqu'au début des années 50, une 4 CV d'occasion valait plus chère qu'une neuve : il y avait un délais de douze mois avant d'obtenir la voiture sans compter qu'il fallait avoir une licence d'achat, délivré après enquête. Seul les commerçants, industriels ou représentants pouvaient en bénéficier.

Ce qui n'a pas empêché le succès qu'on lui connaît.

La 4 CV est la première voiture française à avoir dépassé le million d'exemplaire.